dimanche 28 janvier 2007 | By: Mickaelus

"1453" par Victor Hugo

1453


Les Turcs, devant Constantinople,
Virent un géant chevalier
A l'écu d'or et de sinople,
Suivi d'un lion familier.

Mahomet Deux, sous les murailles,
Lui cria : "Qu'es-tu ?" Le géant
Dit : "Je m'appelle Funérailles,
Et toi, tu t'appelles Néant.

"Mon nom sous le soleil est France.
Je reviendrai dans la clarté,
J'apporterai la délivrance,
J'amènerai la liberté.

"Mon armure est dorée et verte
Comme la mer sous le ciel bleu ;
Derrière moi l'ombre est ouverte ;
Le lion qui me suit, c'est Dieu."


Victor Hugo, La Légende des siècles - Les Petites Epopées (1859)

4 commentaires:

Un habitué 17 a dit…

C'est d'actualité ça... :D

Sinon Victor Hugo est un grand personnage Français qui s'interessait par ailleurs à la politique, il était sympthisant de la Gauche Républicaine me semble t-il.

Mickaelus a dit…

La carrière politique de Victor Hugo est assez complexe. En résumé, il est nommé Pair de France par Louis-Philippe en 1845 ; en 1848-1849, il siège à l'Assemblée à droite, puis à gauche en 1850. Il s'oppose en 1851 à la révision de la Constitution demandée par le président de la république Louis-Napoléon Bonaparte - pour lui permettre un second mandat que la Constitution de la Deuxième République ne permettait pas en l'état. Hugo fait partie des quelques députés qui tentent de résister au Coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, qui deviendra empereur sous le nom de Napoléon III. C'est l'échec, Hugo s'exile et ne reviendra en France qu'à la chute du Second Empire, en 1870. Et c'est clairement à partir de là - l'exil - que Hugo devient une icône républicaine de gauche.

Dès lors, il est clair que Hugo est très éloigné de moi idéologiquement, de même que La Légende des siècles fait l'apologie de l'essor des "petits contre les grands" et de l'esprit républicain. Malgré tout, c'est le propre d'une oeuvre littéraire qu'être vivante dans la perception qu'en a son lecteur, et force est de constater que ce poème - "1453" - isolé de la ligne de l'ensemble, correspond bien à un esprit de résistance actuel de l'esprit français - dès lors qu'on mette ce qu'il faut dans les termes "France" et "Dieu" employés dans le poème.

Visiteur habitué ! a dit…

Merci pour cette longue explication !

Victor Hugo était ddonc d'abord à droite à l'Assemblée Nationale, puis il est parti à gauche.

Merci ! ;)

hirondelle a dit…

un grand poète, un grand écrivain et un grand politique.